Pologne : après d’autres acteurs du secteur, Chevron arrête ses activités gaz de schiste

2015-02-04T11:33:55+00:00

Le groupe pétrolier américain Chevron a annoncé lundi 2 février qu’il stoppait l’exploration de gaz de schiste en Pologne « dans le cadre de ses réductions d’investissements face à la chute des prix du pétrole, qui affecte sa rentabilité », a rapporté l’AFP.

La semaine dernière, le deuxième groupe énergétique américain avait annoncé qu’il n’investirait que 35 milliards de dollars dans ses projets d’exploration pétrolière en 2015, soit une baisse de 13 % par rapport à 2014, et privilégierait les projets qui offrent « les opportunités les plus lucratives ».

D’autres groupes comme Exxon, Talisman, Marathon Oil, Total et ENI avaient déjà décidé d’abandonner leurs projets d’exploration dans les gaz de schiste dans ce pays. Mais les prospections se poursuivent notamment par ConocoPhillips, Wisent Oil&Gas, Stena et les polonais PGNiG, PKN Orlen et Lotos.

« Après l’optimisme initial exagéré, né des évaluations des gisements exploitables allant jusqu’à 1 920 milliards de mètres cubes et de l’intérêt affiché par des géants mondiaux, c’est la déception maintenant en Pologne », a commenté Grzegorz Kus, expert du cabinet PricewaterhouseCoopers, cité par l’AFP.  » Ce n’est pas une surprise et ce n’est pas le dernier abandon. Il s’est avéré que ce marché n’est pas aussi intéressant qu’on le pensait ».

Selon Andrzej Szczesniak, un autre expert polonais du secteur de l’énergie, ce sont les conditions géologiques qui ont été décisives. « Sur l’ensemble des 68 forages de prospection effectués jusqu’à présent à travers la Pologne aucun n’a apporté de résultat positif en termes de rentabilité », a-t-il indiqué.

Cependant, selon le ministère polonais de l’environnement, il est prématuré, à l’étape actuelle, de parler de résultats des prospections. De nouvelles évaluations officielles des gisements étant attendues pour cette année. La Pologne avait annoncé des investissements de 12,5 milliards d’euros à l’horizon 2020 pour exploiter ses gaz de schiste.

Source : AFP

Partager