Ségolène Royal prône les SEM

2014-04-29T17:51:40+00:00

Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, propose une solution alternative à l’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques. Elle propose de créer des sociétés d’économie mixte (SEM), à majorité publique, s’inspirant du modèle de la compagnie nationale du Rhône. Cette solution était privilégiée par l’Elysée car il permettrait de prendre en compte la cohérence des vallées, de préférence à une décision barrage par barrage.

Plan B

(c) EDF Bruno Conty

(c) EDF Bruno Conty

Ségolène Royal explique que la mise en concurrence pure et simple présente des risques pour l’intérêt général de la gestion de la ressource en eau, de l’équilibre écologique des vallées et des conditions de distribution de l’électricité. Mais l’ouverture à la concurrence est une vieille exigence de européenne à laquelle Paris s’est promis d’obtempérer. Cette alternative permettrait à l’Etat de garder la haute main sur ces actifs très prisés, tout en organisant un appel d’offres pour attribuer les parts minoritaires (49%) dévolues au secteur privé, pour satisfaire en partie Bruxelles. Un travail de partenariat sera engagé avec les régions et les autres collectivités territoriales, et des discussions sont déjà en cours avec la Caisse des dépôts et consignations. La ministre propose que cette solution se retrouve dans le projet de loi de programmation pour la transition énergétique dont les parlementaires auront à débattre prochainement. Pour rappel, l’énergie hydraulique est la première énergie renouvelable de France avec environ 15% de la production nationale. Quelque 150 concessions hydrauliques arrivent à échéance avant 2023, représentant 25 % de la production d’hydroélectricité en France.

 

 

Partager