Services pétroliers : GE va fusionner ses activités Oil&Gas avec Baker Hugues

2016-11-02T11:52:06+00:00

Eagle Ford, TXLe groupe GE a annoncé son intention de fusionner ses activités Oil&Gas avec celles de Baker Hugues pour créer un leader mondial dans le domaine « de la productivité pour les industries du pétrole et gaz ». La nouvelle entité, qui représentera un chiffre d’affaires combiné de
32 milliards d’euros, sera détenue à 62,5 % par le conglomérat industriel. Les synergies de coûts sont estimées à 1,6 md$ d’ici 2020.

En s’appuyant sur l’expertise technologique de GE et les capacités de Baker Hugues dans les services pétroliers, la nouvelle entité fournira les meilleures solutions matérielles et numériques pour la productivité de ses clients, commente GE dans un communiqué publié le 31 octobre 2016.

« Cette transaction créée un leader de l’industrie, celui qui est idéalement positionné pour se développer sur n’importe quel marché », a commenté Jeff Immelt, le pdg de GE, dans le même communiqué.

L’acquisition « d’une plateforme de services pétroliers est essentielle pour déployer notre offre de services numériques auprès de nos clients », poursuit le dirigeant.

La fusion annoncée représente notamment un atout majeur pour le développement de la plateforme Predix, développée par GE, et dédiée à l’Internet industriel.

Dénommée « Baker Hugues », a GE company », la nouvelle entité sera dirigée par Lorenzo Simonelli, l’actuel pdg de GE Oil& Gas. Jeff Immelt en sera le président du conseil d’administration et Martin Craighead, l’actuel pdg de Baker Hugues, en sera le vice-président.

GE détiendra 62,5 % du capital et les actionnaires de Baker Hugues, 37,5 %. Ces derniers recevront un dividende total exceptionnel de 7,4 mds$.

Cette transaction, qui a reçu l’accord des conseils d’administration des deux compagnies, devrait être conclue à la mi-2017, précise GE. Elle doit néanmoins être validée par les autorités concernées. En mai dernier, la fusion entre Halliburton et Baker Hugues avait été annulée en raison de l’opposition du département américain de la Justice.

Image : Mieko Mahi AP/Statoil

Partager