Shell vend ses parts dans Woodside Petroleum

2014-06-17T11:22:36+00:00

Royal Dutch Shell a annoncé mardi par voie de communiqué avoir vendu la majeure partie de sa participation au sein du groupe australien Woodside Petroleum pour 5 milliards de dollars. Cette opération se fera en deux temps, via la vente d’une part de 9,5% à des investisseurs institutionnels et le rachat de 9,5% du capital par Woodside. Cette cession s’inscrit dans un programme plus large de cessions visant à se concentrer sur des actifs où le groupe anglo-néérlandais est majoritaire ce qui n’était pas le cas en l’espèce.

Clarification

A l’issue de cette cession d’un montant de 5,3 milliards de dollars australiens (3,7 milliards d’euros), la part de Shell passera de 23,1% à environ 4,1% du capital de la société. « L’annonce d’aujourd’hui rentre dans le cadre de notre volonté d’améliorer l’efficacité de (l’allocation) du capital de Shell et de concentrer notre croissance en Australie sur les actifs que nous détenons directement », a souligné Ben van Beurden, le directeur général de Shell. Mais « cela ne change pas notre vision de l’Australie en tant qu’acteur important du secteur énergétique mondial ou du rôle central de Shell dans le secteur énergétique du pays », a-t-il tenu à préciser. La cession aux investisseurs institutionnels se fera à un prix de 41,35 dollars australiens par titre et le rachat de titres par Woodside à 34,24 dollars australiens. Pour Woodside, cette cession va permettre de clarifier les choses avec Shell au-delà de l’impact positif qu’elle aura pour le bénéfice par action du groupe. Cette transaction « va résoudre l’incertitude de notre relation avec Shell qui existait depuis plusieurs années », a déclaré le directeur général de Woodside, Peter Coleman. Décidé à redresser la barre après un avertissement sur résultats et une chute de son bénéfice annuel, le patron de Shell, Ben van Beurden, avait promis fin janvier de vastes cessions d’actifs et une réduction des investissements. Shell entend vendre au total 15 milliards de dollars d’actifs en 2014 et 2015.

Partager