Siemens absorbe la division Energie de Rolls-Royce

2014-05-07T11:47:05+00:00

Les grandes manoeuvres se poursuivent dans le Meccano industriel qui est en train de se monter en Europe. Après avoir fait part de son intérêt pour Alstom, Siemens a annoncé mardi soir l’acquisition de l’activité Energie de Rolls-Royce pour 950 millions d’euros, et une réorganisation profonde de son organisation. Intitulé « Vision 2020 », ce programme prévoit de passer de 16 à 9 divisions et d’introduire en bourse l’activité d’appareils auditifs. Lisa Davis, ancienne de Shell, prendra en charge le secteur Energie à partir du 1er août.

Recentrage

L’acquisition de l’activité Energie de Rolls-Royce doit permettre au groupe allemand de se renforcer sur le marché des turbines gaz aérodérivatives et du matériel pour l’industrie pétrolière (compresseurs notamment). Le nouveau plan stratégique consiste quant à lui à concentrer les efforts autour du triptyque : « électrification, automatisation et numérisation ». Les neuf divisions se sont vues attribuer pour 2015 des objectifs de rentabilité, résumés dans le tableau suivant :

Interrogé sur le dossier Alstom lors de sa conférence de presse, Joe Kaeser a confirmé son intérêt pour le groupe français : « Nous apprécions les actifs mais nous serons clairs à propos de ce que nous voulons et nous n’agirons que quand nous saurons ce que nous voulons », a-t-il déclaré. Le pdg du conglomérat allemand a ainsi expliqué étudier les comptes d’Alstom pour formuler, ou non, une offre d’ici fin mai. Au même moment, Patrick Kron, pdg d’Alstom, tenait sa propre conférence de presse confirmant sa préférence pour l’offre de General Electric. Soucieux d’éviter les vagues, Patrick Kron a dû se résoudre à ne pas verser de dividendes à ses actionnaires, ce qui aurait été probablement du plus mauvais effet, tout en affirmant que son groupe « n’était pas en crise ».

Partager