Signature d’une convention pour le bassin de Lacq

2013-07-19T17:14:46+00:00

Les directeurs de Total E&P France (TEPF), Total Développement Régional et les représentants des collectivités territoriales ont signé jeudi à Lacq (Pyrénées-Atlantiques) une convention volontaire de revitalisation du bassin gazier, visant à maintenir un millier d’emplois directs. La convention concrétise un projet annoncé dès 2012, baptisé Lacq Cluster Chimie 2030, et visant à maintenir une industrie chimique du soufre à Lacq après l’arrêt de l’exploitation du gisement gazier par Total.

Débit réduit sur 30 ans

Cette convention permettra la poursuite de l’extraction du gaz de Lacq, mais à un niveau réduit de débit, et ce pendant une durée de 30 ans. Ce gaz sera utilisé à des fins industrielles et non plus commerciales pour assurer l’alimentation en énergie et en matière première soufrée des industries locales. L’accord « devrait permettre de pérenniser les activités industrielles existantes sur la plateforme de Lacq et de consolider 1.000 emplois directs », a assuré à l’AFP David Habib, député-maire PS de Mourenx et président de la communauté de communes de Lacq. Nicolas Terraz, directeur de TEPF, a quant à lui rappelé que « l’ensemble des actions inscrites dans cette convention ont été initiées à partir de 2009. Il s’agit de réussir l’arrêt de la production de gaz commercial en 2013 et d’accompagner les activités nouvelles ». Total doit cesser complètement ses activités commerciales gazières à Lacq à l’automne. Le bassin de Lacq compte encore quelque
7 500 emplois.

Terrain vendu

Un second volet de la convention signée en présence du président socialiste de la région Aquitaine, Alain Rousset, porte sur l’acte définitif de vente d’un terrain de TEPF au groupe industriel japonais Toray Carbon Fibers Europe, spécialisé dans les activités textiles et fibres innovantes. « Nous implantons une ligne de production de polyacrylonitrile (PAN), matière première nécessaire à la fabrication de carbone, qui sera opérationnelle début 2014 avec plus de 50 salariés », a indiqué Bernard Martin, pdg de Toray Carbon Fibers Europe.

Partager