Stockage de CO2 : Total, Shell et Statoil partenaires d’un « premier projet commercial » en Norvège

2017-10-09T14:35:12+00:00

Les groupes Total, Shell et Statoil ont annoncé la signature d’un accord de partenariat pour développer un projet de stockage de CO2 en Norvège. La première phase de ce projet, qui a notamment pour objectif de susciter d’autres initiatives de ce type dans le monde,  aura une capacité d’environ 1,5 million de tonnes par an.

Norske Shell et Total EP Norge rejoignent Statoil qui s’était vu attribué, en juin dernier, par le groupe public norvégien le contrat portant sur la première phase du projet, expliquent les partenaires dans un communiqué publié le 2 octobre 2017.

Ce projet sera potentiellement le premier site de stockage au monde à recevoir du CO2 de sources industrielles de plusieurs pays, ajoutent-ils.

« L’objectif de ce premier projet est intégré de capture et stockage à l’échelle industrielle, soutenu par l’Etat norvégien, est de développer un modèle viable, commercial et reproductible en vue de mener d’autres projets d’envergure dans le monde », a commenté Philippe Sauquet, dg Gas, Renewables & Power et dg Strategy-Innovation de Total.

Après avoir été capté sur des sites industriels situés à l’Est de la Norvège, le CO2 sera transporté à partir des points de captage par navire jusqu’à un terminal de réception sur la côte ouest du pays. Le CO2 sera ensuite déchargé et transféré dans des stockages intermédiaires, avant d’être acheminé par pipeline jusqu’aux puits d’injection sous-marins situés à l’Est du gisement Troll en Mer du Nord norvégienne.

Le choix définitif parmi les trois sites susceptibles d’accueillir le terminal de réception sera arrêté avant la fin de l’année, précise le communiqué déjà cité.

« Statoil est convaincu que sans capter le CO2, on ne peut pas espérer atteindre l’objectif pour la climat défini par l’Accord de Paris », a commenté Irene Rummelhoff, vice-présidente exécutive de Statoil chargée des nouvelles solutions énergétiques. « Il est indispensable de déployer massivement des projets de CSS et, pour accélérer leur développement, la collaboration et le partage des connaissances sont essentiels ».

« La contribution de Total à ce premier projet commercial de stockage de CO2 s’inscrit pleinement dans sa feuille de route bas carbone et dans son ambition de devenir un leader mondial des technologies CCUS », a ajouté Philippe Sauquet.

En avril dernier, Total avait annoncé la signature d’un MoU (Memorandum of Understanding) avec notamment le ministère de l’Energie norvégien pour intégrer le Technology Centre Mongstad (Norvège) dédié aux technologies du CCS et opéré par Glassnova.

Image : Technology Centre Mongstad (Norvège)

 

 

Partager