Suez Environnement mise sur les FPSO

2014-04-14T11:31:40+00:00

Suez Environnement place la filière de l’Oil&Gas au coeur de sa stratégie de croissance pour les prochaines années. La compagnie, qui tire environ 15% de ses revenus du secteur, s’est découvert un nouveau marché de niche : les floating production, storage and offloading (FPSO). En 2013, le groupe estime avoir capté 60% de parts de marché et compte bien surfer sur la vague des FPSO, notamment au Brésil. Selon les prévisions de la compagnie, le marché de l’eau dans le secteur de l’Upstream Oil&Gas devrait croître de 15% par an d’ici 2018, grâce au boom des hydrocarbures non-conventionnels, les réglementations plus strictes et le stress hydrique constaté dans certaines régions du monde.

Dessalement

Bien que Suez Environnement soit présent dans 70 pays, le groupe observe avec attention l’évolution de la situation au Brésil. Petrobras a en effet lancé un grand plan d’investissement dont une partie significative sera dédiée à la constitution d’une flotte de FPSO suffisante pour porter les ambitions pétrolières de la compagnie. Le pays pourrait représenter 50% des commandes mondiales à lui seul. Totalement absent de ce marché, Suez Environnement en a fait une de ses priorités. « Le groupe dispose d’une forte expertise dans le dessalement, première étape de traitement des huiles pré-salifères réalisée à bord », indique Bertrand Garnier, directeur technique de Degrémont Industry, filiale.de Suez Environnement. L’ingénierie et la compacité des installations de traitement des eaux est également un critère important.

Objectif ambitieux

Suez Environnement s’est fixé un objectif de croissance ambitieux : 10% par an. Pour y parvenir, le groupe s’appuie sur ses secteurs clés : Oil&Gas, Mines, Energie, Chimie, Agro-alimentaire et Industrie papetière. La compagnie veut élever le nombre de ses contrats bi-services eau et déchets : « C’est une de nos forces, nous devons la valoriser auprès de nos clients », explique Marie-Ange Debon, directeur général adjoint en charge de l’international.

Partager