Sûreté en 2013 : Encourageante mais peut mieux faire

2014-03-11T10:33:01+00:00

Jean Tandonnet, Inspecteur général d’EDF, estime que la sûreté a été « globalement encourageante » en 2013 mais que des préoccupations demeurent, notamment pour la prolongation de la durée de vie des réacteurs français. C’est la principale conclusion de son rapport annuel rendu public le 7 mars et que le lecteur trouvera en intégralité ici. Pour le vice-amiral d’escadre, le retour d’expérience de la catastrophe de Fukushima ne fait que commencer et si des premières mesures ont été prises, il faudra du temps pour exploiter tous les enseignements de l’accident nippon.

Bonne performances de sûreté

Premier point aborder par Jean Tandonnet : la sûreté. « Pour la première fois depuis quatre ans, il n’y a pas eu de déclaration d’événement significatif pour la sûreté de niveau  2 ou au-dessus sur l’échelle internationale INES. Je relève également la baisse (-23%) du nombre d’événements classés au niveau 1, après une année 2012 où ils étaient particulièrement nombreux », indique l’ingénieur en génie atomique. Pour autant, l’année 2013 s’est caractérisée par trois décès (deux à la centrale de Cattenom, le troisième à Chinon) liés à des accidents du travail. Quant à la radioprotection, les efforts engagés en France portent leurs fruits et la dosimétrie individuelle diminue.

Six points clés

(c) EDF

(c) EDF

Comme d’accoutumée, l’ancien officier général a dégager six problématiques qui demandent une attention particulière. La première d’entre elles consiste à garder le cap sur la sûreté : « En France, malgré un projet industriel important engagé en 2009, pour reconquérir les performances de production et préparer l’allongement de la durée de fonctionnement des centrales, les résultats ne sont pas à la hauteur de l’objectif, en raison d’une maîtrise toujours insuffisante de la durée des arrêts de tranche ». La deuxième interroge la charge de travail et le management : « En France, je soulignais en 2012 la charge de travail qui n’avait cessé d’augmenter. Je craignais qu’à vouloir tout faire et rapidement, la qualité des études et des interventions ainsi que la sûreté au quotidien n’en souffrent (…) Je relève toujours sur le terrain une réalité qui n’a pas fondamentalement changé. Les managers de proximité rencontrés ont besoin d’être soutenus pour retrouver leur pleine confiance ».

De fait, Jean Tandonnet porte un regard très critique sur la sécurité du travail estimant qu’il faut « changer le braquet ». Il déplore ainsi des « résultats de sécurité du travail soient beaucoup trop éloignés des meilleures pratiques internationales. Plusieurs accidents mortels ont malheureusement renforcé ce constat. Si l’amélioration régulière du taux de fréquence (Tf) des accidents ces dernières années est encourageante, l’intercomparaison dans le Groupe est très défavorable, avec un facteur 6 par rapport à EDF Energy et une très forte disparité entre les sites ». S’il se félicite de l’objectif affiché par EDF de diviser par deux le Tf d’ici à 2017, il insiste pour qu’une « véritable ambition managériale soit affichée ». En terme de maintenance aussi des efforts doivent être engagés par l’électricien. Jean Tandonnet déplore ainsi « l’insuffisante maîtrise des arrêts, liée principalement à l’augmentation du volume des activités, à des défauts de préparation et aux non-qualités de maintenance (…) EDF est toujours très loin des meilleurs standards internationaux avec plus de 26 jours de prolongation en moyenne par arrêt ».

Enfin, l’ex préfet maritime de la Méditerranée encourage EDF a développé des relations plus pragmatiques avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et « insiste sur la nécessité de prioriser les actions autour d’une méthode partagée entre EDF et l’ASN ». Last but not least, Jean Tandonnet considère que la prolongation de la durée de vie des réacteurs au-delà de 40 ans soulève des points sensibles à maîtriser sur la conception des piscines et l’usure des composants non-remplaçables. En l’espèce, l’Inspecteur général rappelle la « nécessaire robustesse de cette démonstration de sûreté ».

Partager