Technip amplifie son plan de réduction des coûts et vise 1 md€ d’économies d’ici 2017

2016-03-11T11:03:01+00:00

TECHNIP Subsea (6) - copieLe groupe français de services pétroliers, qui a vu son résultat net part du groupe chuter à 45,1 millions d’euros 2015, contre 436,6 M€ en 2014, a annoncé qu’il relevait  de 830 M€ à 1 milliard d’euros son objectif total de réduction des coûts d’ici à 2017. Le chiffre d’affaires annuel ajusté est en hausse de 14 % à 12,2 mds€. Quant au résultat opérationnel courant (ROC) ajusté et hors éléments exceptionnels, il s’établit à 987 M€ en hausse de 19,7 %. 

« Dans un environnement de marché sans précédent en 2015, Technip démontre résilience et proactivité », a commenté Thierry Pilenko, p-dg du groupe. « Nous avons réalisé les projets clés de nos clients, entamé notre programme de réduction de coûts et poursuivi notre stratégie ».

Le chiffre d’affaires ajusté de la division subsea a progressé de 20,4 % à 5,88 mds€, pour un résultat opérationnel courant (ROC) ajusté en hausse de 34 % à 851 M€. Quant au chiffre d’affaires de la division onshore/offshore, il progresse de 8,4 % à 6,33 mds€, pour un ROC ajusté à 218 mds€.

Annoncé en juillet 2015, le plan de restructuration a permis de dégager l’an dernier 270 M€. Technip vise cette année des économies à hauteur de 430 M€, puis 130 M€ l’année prochaine. Grâce à des économies de coûts additionnelles pour un montant de 170 M€, la société d’ingénierie vise désormais un objectif global de réduction des coûts de 1 md€, contre 830 M€ auparavant.

Pour cela, le groupe poursuit notamment son programme de cession de navires. En seulement deux années, la flotte du groupe aura ainsi été réduite de moitié, passant de 40 à 20 unités. En 2015, Technip avait par ailleurs cédé sa filiale belge ainsi que certaines activités en Allemagne et au Nigeria, ainsi que son bureau au Myanmar.

« Pour la première fois depuis 1986, (il y a eût) une baisse des investissements de nos clients en E&P deux années de suite », insiste Technip. Conséquence, les prises de commandes en 2015 s’établissent à 7,6 mds€, soit moitié moins qu’en 2014. Néanmoins, « la qualité et la diversité de ces commandes ont notamment été préservées et nous sommes positionnés pour les prochaines années comme contacteur clé sur les phases de FEED de plusieurs projets significatifs« , indique-t-il. A fin 2015, le groupe français affiche un carnet de commandes de
17 mds€, dont 7,3 mds€ en subsea et 9,7 mds€ en onshore/offshore.

Pour renforcer son offre et s’adapter aux évolutions du marché de l’E&P, Technip a crée en 2015 Forsys Subsea, une coenterprise avec FMC Technologies. Plus récemment, le groupe a signé un partenariat dans le soudage des conduites sous-marines avec Serimax (filiale de Vallourec), et sa filiale Genesis a conclu un accord avec RPS Energy dans le domaine de l’expertise du réservoir.

Enfin, en ce qui concerne les perspectives du marché, « nous n’attendons pas de changement significatif en ce qui concerne les priorités de nos clients au cours de 12-18 mois », commente Technip. Pour 2016, le groupe vise donc un objectif de chiffres d’affaires ajusté compris entre 4,7 et 5 mds€ pour le subsea (contre 5,88 mds€ en 2015), et un ROC ajusté entre 640 et 680 M€. L’objectif de chiffre d’affaires ajusté pour l’activité onshore/offshore étant compris entre 5,7 et 6 mds€, pour un ROC ajusté entre 240 et 280 M€.

Image : Technip

 

 

Partager