TIGF se renomme Teréga et s’affirme comme « un accélérateur de la transition énergétique »

2018-04-04T20:06:43+00:00

L’opérateur de transport et de stockage de gaz TIGF a présenté sa nouvelle marque – désormais Teréga – et sa nouvelle identité visuelle. L’entreprise basée à Pau (Pyrénées-Orientales) veut ainsi notamment confirmer sa volonté de faire du gaz « une énergie d’avenir ».

Au-delà du changement de nom, cette évolution vise à « reconstruire l’identité de l’entreprise » autour d’un projet et d’une vision : donner au gaz et à ses infrastructures « un rôle d’accélérateur de la transition énergétique », a précisé Dominique Mockly, président et directeur-général, lors d’une conférence de presse le 4 avril 2018.

Révélé le 30 mars dernier, le nom de Teréga évoque « les territoires sur lesquels nous opérons, les réseaux que nous développons et le gaz, énergie clé de la transition énergétique », a poursuivi le dirigeant.

Quant à son nouveau logo, il dessine notamment « une ligne d’horizon autour de laquelle circulent les énergies et les flux ».

Au-delà de ses engagements opérationnels en matière de transport et de stockage, Teréga compte ainsi réaffirmer sa volonté d’accélérer le développement « des nouvelles applications du gaz » : biométhane, GNV, intégration des réseaux d’énergie (par exemple Power to Gas) ou encore technologies du CO2.

Créée pour accompagner l’exploitation du gisement de gaz de Lacq, l’entreprise – à l’origine GSO (Société nationale du Gas du Sud-Ouest) – avait pris le nom de TIGF en 2005 alors qu’elle devenait une filiale de Total. Le groupe pétrolier avait cédé a totalité de la société en 2013 à un consortium d’entreprises.

Aujourd’hui le capital est détenu par l’italien Snam (40,5 %), le fonds singapourien GIC (31,5 %), EDF Invest (18 %) et Prédica (10 %).

Teréga opère un réseau de plus de 5 000 km de canalisations et transporte 16 % du volume total de gaz français. Ses deux sites de stockage représentent 24 % des capacités de stockage en France.

Enfin, son chiffre d’affaires a été de 467 millions d’euros en 2016 et elle emploie plus 580 personnes.

Image : Teréga.

Partager