Total va réduire encore ses investissements et ses coûts opératoires

2015-09-28T11:59:57+00:00

TOTAL Angola FPSO CLOV 59059Faisant face à une situation de prix bas du pétrole qui perdure, le groupe Total a annoncé qu’il relevait son objectif de réduction des coûts opératoires de 50 %,
à 3 milliards de dollars en 2017, et prévoyait de réduire ses investissements à
20-21 mds$ en 2016, contre 23-24 mds$ pour cette année. 

Lors de la journée investisseurs qui se déroulait à Londres, le 23 septembre, le géant pétrolier a annoncé être entré dans « une phase de discipline financière ». Ainsi, le groupe qui avait déjà réduit ses investissements organiques de plus de
10 % à 23-24 mds$ en 2015, prévoit de les réduire encore à 20-21 mds$ en 2016, « avant de revenir à un niveau plus durable (…) à 17-19 mds$ » l’année suivante.

Parallèlement, le groupe augmente de 50 % son objectif de réduction des coûts opératoires, passant de 2 mds$ à 3 mds$ en 2017. En février dernier, Total avait renforcé ce programme pour atteindre 1,2 md$ cette année. « A la fin du premier semestre 2015, 66 % de cet objectif annuel a déjà été réalisé« , précise le groupe dans un communiqué.

Dans un contexte d’incertitude quant à l’évolution du prix du baril, le groupe français veut « baisser considérablement son seuil de rentabilité », annonçant viser jusqu’à 45 dollars le baril en 2019, contre 70 dollars cette année et 110 dollars auparavant.

« Les principaux leviers de croissance incluent d’une part la mise en production de 20 projets majeurs, dont huit en 2015, et d’autre part l’amélioration de l’efficacité opérationnelle des installations’, indique également Total dans son communiqué. Le  groupe prévoit que sa production d’hydrocarbures augmente de 6 à 7 % par an entre 2014 et 2017 et de 5 % par an entre 2014 et 2019.

Pour ce qui est de son activité d’exploration, le groupe français va forer 40 puits par an pour un budget annuel compris entre 1,5 md$ et 2 mds$, et un objectif de découverte de 1,5 milliard de barils équivalent pétrole (bep) sur trois ans. Les coûts de découverte visés sont inférieurs à 3 $/bep.

Il s’agit de « construire (un système) Amont plus résilient et plus profitable », a commenté Arnaud Breuillac, dg Exploration & Production du groupe et membre du Comex, indiquant un objectif pour les Opex de 7,5 $/bep pour 2017 contre 10 $/bep en 2014.

Les coûts « seront réduits à tous les niveaux », a-t-il ajouté, évoquant par exemple des économies réalisées sur la logistique (l’usage des hélicoptères « optimisé’, développement de la téléconférence…), ou encore la recherche, en interne, d’une standardisation dans les choix technologiques dans une perspective de « good enough ».

Image : FPSO Clov/Total-Thierry Gonzalez

 

 

 

Partager