Transition énergétique : « un bilan mitigé » pour la filière gaz

2015-02-23T11:00:44+00:00

GRTgaz 04-station-etrez-juin2014 cop Philippe DUREUIL-GRTgazLe projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte qui fera l’objet d’un vote solennel au Sénat le 3 mars prochain, affiche « un bilan mitigé pour le gaz », a commenté le 20 février l’Association française du gaz. Si le texte comporte, en l’état, « des points positifs, il ne satisfait pas pleinement l’industrie gazière », précisé le communiqué du syndicat professionnel.

L’action de l’industrie gazière « a permis de parvenir à un texte plus équilibré entre les énergies et pas uniquement centré sur les questions électriques et renouvelables », note tout d’abord l’AFG, se félicitant que le texte reconnaisse « la différence entre les énergies fossiles en modulant l’objectif de réduction de 30 % (de ces dernières) en 2030, en fonction du facteur d’émissions de gaz à effet de serre de chacune ».

Autre sujet de satisfaction pour les industriels du gaz : « en s’engageant à favoriser le déploiement de systèmes de distribution de GNL (gaz naturel liquéfié) dans les ports pour les navires et les bateaux », ce texte « consacre les qualités environnementales du GNL comme carburant pour les navires ».

Toutefois, le syndicat professionnel critique certaines dispositions prises par les sénateurs, comme « le refus d’afficher les consommations en énergie primaire, l’anticipation de deux ans du calendrier de la réglementation thermique ou encore le renvoi de la définition du véhicule propre à un décret ultérieur ».  Ces décisions sont « autant de rendez-vous manqués qui risquent de peser sur le pouvoir d’achat des ménages et la compétitivité des entreprises », souligne l’AFG souhaitant « vivement que la place du gaz soit consolidée dans les discussions à venir pour permettre une prise en compte de cette énergie à la hauteur de ses atouts ».

Crédit photo : Philippe Dureuil/GRTgaz

Partager