Un haut cadre de BP soupçonné de délit d’initié

2014-04-22T23:30:34+00:00

Un ancien cadre de BP est fortement soupçonné de délit d’initié alors que son employeur se débattait à circonscrire la fuite de pétrole issue de l’explosion de la plateforme Deep Horizon en avril 2010. Selon la Securities and Exchange Commission (SEC), le gendarme américain de la bourse, Keith A. Seilhan aurait eu accès à des informations privilégiées sur la gravité de l’accident dès les premiers jours, et aurait liquidé toutes ses actions avant que l’information ne devienne publique.

Une transaction à un million $

SEC-logoKeith A. Seilhan était un haut cadre de BP. Il était en première ligne lors de l’accident puisque c’était lui qui était chargé de coordonner les opérations pour contenir la marée noire et récupérer les hydrocarbures en mer. Une position qui lui permettait d’avoir accès à des informations corporate dont il se serait servi pour en tirer un profit personnel. « Seilhan a vendu l’ensemble des actions détenues par sa famille après avoir reçu des informations confidentielles sur la gravité de la marée noire  que le public ignorait », affirme la SEC dans un communiqué. Sans affirmer ni infirmer ces accusations, Keith A. Seilhan a accepté de transiger, une particularité très utilisée dans le droit américain, et de payer 105 409 $ au titre de biens mal-acquis, 13 300 $ d’intérêts, et 105 409 $ de pénalités civiles. Si l’accord est approuvé par la Cour, les poursuites seront abandonnées. La transaction est donc a priori rentable pour l’ancien cadre de BP, qui a vendu pour 1 million de dollars d’actions de son ancienne compagnie, la veille d’une session noire où l’action a dévissé de… 48%.

Partager