Une concession du canadien Vermilion prolongée en Gironde

2015-04-02T19:43:26+00:00

Le gouvernement français a prolongé un permis d’exploitation d’hydrocarbures du groupe pétrolier canadien Vermilion Energy à Lugos, en Gironde, jusqu’au 5 juin 2034, selon un décret paru jeudi au Journal officiel, rapporte l’AFP

Par décret en date du 31 mars 2015, la validité de la concession de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux dite « concession de Lugos » portant sur une partie du territoire des communes de Belin-Beliet, de Lugos et de Salles est prolongée jusqu’au 5 juin 2034, indique le texte.

Ce permis, qui porte sur un territoire de 11,52 km2 situé au sud du bassin d’Arcachon, avait initialement été accordé en 1965, pour une durée de 50 ans, à la société Esso Rep. Il a été transféré en 1997 à Vermilion Rep, filiale du groupe canadien, qui a racheté une partie des actifs d’Esso Rep en France.

Grâce à l’obtention de la prolongation de la concession de Lugos, Vermilion Rep va donc pouvoir continuer sa production et ses recherches pour encore 20 ans, se félicite le groupe dans un communiqué, cité par l’AFP. Cette concession, l’un des premiers gisements de pétrole découverts en France, compte 14 puits en fonctionnement et réalise une modeste production de 210 barils par jour.

Présent en France depuis 1997, Vermilion est le premier producteur d’hydrocarbures liquides dans le pays, avec une production quotidienne de 11.000 barils de pétrole brut sur 20 concessions et 450 puits. Il a récemment vu prolonger aussi son permis de recherche à Saint-Just-en-Brie, en Seine-et-Marne.

Lors de la présentation à la presse du bilan de l’industrie pétrolière française le 10 mars dernier, le président de l’UFIP (Union française des industries pétrolières), s’était plaint du blocage des activités d’E&P en France. Francis Duseux avait alors rappelé qu’au cours de l’année dernière, il n’y avait eu que quatre prolongations de permis accordées par les pouvoirs publics, et aucun nouveau permis. Au premier janvier de cette année, 162 demandes de permis de recherche étaient toujours en instance.

Avec AFP.

Partager