Vallourec bénéficie de la reprise de la production aux Etats-Unis

2017-02-27T18:37:22+00:00

En 2017, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz de Vallourec devrait croître significativement aux Etats-Unis a indiqué le spécialiste des solutions tubulaires à l’occasion de la présentation de ses résultats pour l’exercice 2016.

L’année dernière, le chiffre d’affaires Pétrole et Gaz de Vallourec s’est établi à 1,9 milliard d’euros, en baisse de 25,2 % par rapport à 2015, a indiqué le groupe dans un communiqué publié le 22 février 2017. Le chiffre d’affaires du marché Energie électrique est en baisse de 13,1 % à 486 millions d’euros, et celui du marché Industrie est en baisse de 17,6 % à 559 M€.

Sur l’ensemble de ses activités, le groupe français a réalisé un chiffre d’affaires de 2,97 Mrds€ en recul de 22 %. Le résultat net s’affiche en perte à -758 millions d’euros (contre -865 M€ en 2015).

En 2016, après avoir atteint un point bas au deuxième trimestre, le nombre d’appareils de forage en activité aux Etats-Unis a augmenté jusqu’à la fin de l’année, ce qui a déclenché un restockage progressif chez les distributeurs au cours du second semestre, a précisé le groupe français dans un communiqué publié le
22 février 2017.

« En ce début d’année 2017, la dynamique positive du marché OCTG américain est confirmée », a indiqué Philippe Crouzet (photo), président du directoire de Vallourec, dans le communiqué déjà cité. D’ailleurs, l’usine américaine de Vallourec qui tournait à 20 % de ses capacités en septembre 2016, « travaille aujourd’hui à pleine capacité », a précisé le dirigeant.

« On attend un rebond de notre activité aux Etats-Unis de l’ordre de 50 % », a affirmé Philippe Crouzet à nos confrères de BFM TV, dans une interview diffusée le 23 février 2017.

Cette situation résulte non seulement de la bonne exécution de l’accord de réduction de la production mondiale décidée en 2016, mais également du fait que les producteurs américains « ont considérablement réduit leurs coûts de production », a-t-il ajouté.

Cependant,dans le reste du monde, les compagnies pétrolières internationales n’ont pas recommencé à lancer de nouveaux grands projets, rappelle Vallourec dans le communiqué déjà cité. Ainsi, l’activité de forage au Brésil devrait rester relativement stable en 2017 par rapport à 2016.

Le groupe français estime ainsi que les livraisons en 2017 devraient principalement résulter des commandes déjà passées par les compagnies nationales « à des prix inférieurs à ceux des livraisons de début 2016 ».

Image : Vallourec/

Partager