Vallourec : une perte nette de 865 millions d’euros en 2015

2016-02-19T13:00:20+00:00

Vallourec-Welding-solutions2-mLe spécialiste des tubes sans soudures a annoncé une perte nette de 865 millions d’euros en 2015, contre 924 M€ en 2014. Dans un contexte de crise liée à la baisse du prix du baril, le groupe a vu ses ventes chuter de 39,3 % en volume et de 33,3 % en valeur au cours du dernier exercice. « Les conditions de marché devraient rester défavorables en 2016 », a indiqué Vallourec qui a présenté récemment de nouvelles initiatives pour « améliorer la compétitivité » de son outil industriel.

« En 2015, Vallourec a évolué dans un environnement de marché extrêmement difficile, marqué par des réductions majeures d’investissements en E&P par ses clients », a rappelé Philippe Crouzet, le président du directoire du groupe, dans un communiqué publié le 18 février. En conséquence, les résultats de l’exercice 2015 sont notamment « sévèrement marqués par la chute des ventes Pétrole et Gaz à marge élevée dans le zone EAMEA et en Amérique du Nord ».

Ainsi, si le chiffre d’affaires consolidé pour l’ensemble des marchés s’est élevé à
3,8 milliards d’euros, en chute de 33,3 % par rapport à 2014, il accuse une baisse de 37,1 % (à 2,56 milliards d’euros) pour le seul marché O&G. Quant au résultat d’exploitation, il affiche une perte de 838 M€, contre une perte de 663 M€ en 2014. Dans ce contexte, le groupe a néanmoins pu dégager un flux de trésorerie disponible positif de 135 M€, a-t-il précisé.

Aux Etats-Unis, la chute de l’activité est due au « déclin important du nombre d’appareils de forage en activité (-62,1 % par rapport à fin 2014), qui s’est traduit par une très faible demande en OCTG et par un déstockage de la part des distributeurs ». Dans la zone EAMEA, « le très faible niveau de commandes a par ailleurs déclenché une concurrence intense, avec pour conséquence une forte pression sur les prix ». Enfin, au Brésil, le groupe Petrobras a réduit ses investissements en E&P d’environ 37 % en 2015 par rapport à 2014, précise Vallourec.

Après les mesures de restructuration annoncées en 2015, le groupe français a présenté au début de ce mois de février un renforcement de son plan d’économie. Ayant également décidé de réorganiser ses activités au Brésil et d’acquérir le fabricant chinois Tianda Oil Pipe, Vallourec espère pouvoir « générer 750 M€ de résultat brut d’exploitation additionnel en 2020, en considérant que les marchés O&G auront alors redémarré ».

Image : Vallourec

 

Partager