Vallourec : une restructuration et 2000 postes supprimés dans le monde

2016-02-19T12:27:26+00:00

VALLOUREC Tubes 2015Vallourec, qui a annoncé hier mercredi 29 avril une perte nette de 76 millions d’euros au 1er trimestre 2015, a lancé un nouveau train de mesures qui visent « à réduire ses capacités européennes de production de tubes et d’acier ainsi que ses frais de structure à l’échelle mondiale ». La groupe va ainsi céder son usine de Saint-Saulve (Nord) et supprimer 2000 emplois dans le monde.

« Vallourec évolue actuellement dans un environnement de marché très difficile marqué par les coupes importantes dans les investissements en exploration et production de nos clients », a commenté le président du directoire, Philippe Crouzet. « Le premier trimestre 2015 a été sévèrement affecté par la chute des ventes Pétrole et gaz à marge élevée dans la zone EMEA, ainsi que par un environnement macroéconomique défavorable au Brésil (…)« . En complément à ce recul de la demande, « la pression sur les prix s’intensifie pour les nouvelles commandes, en particulier aux Etats-Unis (…) ».

Le chiffre d’affaires du marché Pétrole et gaz, qui représente 68,4 % de l’activité de Vallourec, a ainsi chuté de 20,6 % au premier trimestre 2015 par rapport au 1er trimestre de 2014, à 653 millions d’euros. Au global, le chiffre d’affaires du groupe s’établit à 1,05 milliard d’euros au 1er trimestre de cette année, en baisse de 17,2 % par rapport au 1er trimestre 2014.

Pour s’adapter à la dégradation de son environnement, Vallourec avant déjà annoncé en février dernier la mise en œuvre de son plan de compétitivité « Valens », et notamment la suppression de près 7 % de ses effectifs mondiaux en 2015 (soit 1 400 postes, sur un total de 23 000). Hier, le groupe a annoncé vouloir réduire d’un tiers la capacité de ses tuberies européennes, pour passer de 1,3 million de tonnes en 2014 à 900 000 tonnes en 2017, et « remédier à la surcapacité » de sa production d’acier sur le même continent.

La réalisation de ces objectifs passe notamment par la mise en vente de son aciérie française de Saint-Saulve (Nord). Plus largement, 2 000 postes seront supprimés dans le monde, dont 1 500 en Europe (600 en Allemagne et près de 900 en France, y compris les 350 postes du site de Saint-Saulve qui va être cédé), soit 15 % de ses effectifs européens. « La mise en œuvre de l’ensemble de ces mesures contribuerait à atteindre les objectifs du plan de compétitivité Valens, à savoir 350 millions d’euros sur la base des coûts 2014 avec un effet en année pleine en 2017 », précise le communiqué du groupe.

De son côté, le ministre de l’Economie a annoncé qu’il réunirait dans les prochains jours les élus du Nord. « L’Etat sera particulièrement attentif aux perspectives données à la base industrielle française du groupe et notamment à ce que cette restructuration soit menée sans fermeture de site et sans départ contraint en France », a commenté Emmanuel Macron. Quant à l’aciérie de Saint-Saulve, « l’Etat veillera à ce que Vallourec trouve une solution permettant d’assurer l’avenir industriel de ce site », a-t-il ajouté.

 

Partager