Vers une nouvelle crise du gaz ?

2013-10-31T12:43:11+00:00

Gazprom a annoncé mardi aux agences de presse russes que l’Ukraine lui était redevable de pas moins de 882 millions de dollars au titre des livraisons de gaz naturel d’août dernier. Alexeï Miller, pdg du groupe public russe, a expliqué avoir accordé un délai de paiement qui expirait le 1er octobre. Visiblement sans résultat. De fait, l’ombre d’une nouvelle crise gazière plane à l’approche de l’hiver.

Pressions politiques

Alexeï Miller a mis en garde son voisin ukrainien rappelant que les conditions du contrat prévoyaient qu’en cas de non-respect des clauses de paiement, l’Ukraine devrait alors payer d’avance. De son côté, Gazprom prétend avoir déjà versé les frais de transit pour l’année prochaine. Les difficultés de l’Ukraine à acquitter ses factures ne sont pas sans rapport avec la récession économique qui sévit depuis un an et la corruption endémique dans le pays.

Certains observateurs estiment néanmoins qu’il s’agit de mettre la pression sur Kiev qui pourrait signer, lors du sommet de Vilnius prévu fin novembre, un accord d’association avec l’Union européenne. Moscou nie de son côté toute tentative d’ingérence. Cependant, l’Ukraine par sa position géographique représente une voie de transit primordiale pour les exportations russes vers l’Europe, et ce, malgré le développement de voies alternatives comme le Nord Stream qui contourne cette ancienne république soviétique. En 2006, le rapprochement de l’Ukraine et l’UE s’était suivi d’une « guerre du gaz » qui avait fait craindre pour les approvisionnements de gaz de certains pays européens, notamment à l’Est. Affaire à suivre donc.

Partager