Vers une sortie de crise ?

2014-02-04T11:07:01+00:00

Alors que les exploitants de stations-service dans les Départements d’outre-mer (DOM) avaient de nouveau appelé à la grève jeudi dernier (voir ici), les prémices d’une sortie de crise semblent apparaître. Lundi matin, à l’heure de rédaction de cet article, la distribution de carburants avait repris son rythme normal à La Réunion. Aux Antilles et en Guyane, la solution semble plus confuse.

Réquisition

« Ce ne que nous n’avons pas obtenu par le dialogue à Paris, nous l’avons obtenu par notre mouvement », s’est félicité Gérard Lebon, président du Syndicat des exploitants réunionnais des stations service (SRESS), dimanche en annonçant la reprise de l’activité. Sept heures de négociations samedi après-midi et dimanche matin à la préfecture entre le préfet, les représentants des pétroliers et des stations-service ont été nécessaires pour arriver à cet accord. Les préfets des DOM avaient été chargés par le ministre de l’outre-mer, Victorin Lurel, de présenter une nouvelle mouture du projet d’arrêté sur la régulation des prix, contestée par les pétroliers. « Nombre de modifications et d’améliorations ont été introduites dans le texte », a indiqué à l’AFP le préfet samedi, soulignant qu’il « clarifie la rémunération qui est accordée tant au marché de gros qu’au marché de détail ».

Aux Antilles et en Guyane, la situation est plus confuse et quelques stations-service ont été réquisitionnées par les préfets pour assurer la mobilité des services prioritaires (pompiers, police, ambulances, etc). Les négociations se sont également déroulées ce week-end sans accord définitif. Il pourrait intervenir dès le début de la semaine. En effet, plusieurs points techniques auraient fait l’objet d’accords des parties. « Les représentants des gérants de stations de Guyane, Sylvie Désert, Marc Ho-A-Chuck et Jean-Claude Carassus se sont dit satisfaits après la réunion qui s’est tenue samedi matin en préfecture. Ils ont notamment obtenu des garanties sur la gérance libre », explique ainsi France-Guyane dans son édition de lundi. « Les pétroliers demandent la clarification du montant de la marge de rentabilité prévue par le décret Lurel et son évolution dans le futur. Se pose ensuite le problème des stocks stratégiques », poursuit le quotidien sud-américain. Autant de points qui font encore l’objet d’arbitrages jusqu’à Matignon à en croire la presse locale.

Partager