Waga Energy inaugure sa première Wagabox à Saint-Florentin (Yonne)

2017-04-21T11:12:09+00:00

La start-up grenobloise Waga Energy a inauguré officiellement le 20 avril 2017, sur le site Coved à Saint-Florentin (Yonne), sa première unité dédiée au traitement du biogaz issu de déchets ménagers enfouis. Une deuxième Wagabox est en cours d’installation sur un site géré par Suez à Saint-Maximin (Oise).

Mise en service en février 2017, cette première Wagabox injecte du biométhane dans le réseau de GRDF avec un potentiel de 20 GWh/an. Son développement et sa fabrication ont représenté un investissement de 3,1 millions d’euros, dont
2,3 M€ financés par le Programme des Investissements d’Avenir (PIA), opéré par l’Ademe, et 1,8 M€ grâce à une levée de fonds auprès de trois actionnaires
(Air Liquide Venture Capital, Starquest Capital et Ovive). De son côté, GRDF a construit 1 900 mètres de canalisation pour raccorder l’unité à son réseau et installé un poste d’injection.

Fruit de dix années de développement, insiste Waga Energy, « cette technologie de rupture est la première unité industrielle capable de produite du biométhane pur à 98 % à partir de biogaz issu de déchets ménagers enfouis et à un coût compétitif avec le gaz naturel ».

Après une étape de filtration membranaire pour extraire le CO2 et les impuretés, le biogaz issu de la décomposition et de la fermentation des matières organiques (restes alimentaires, épluchures…) est refroidi à température cryogénique pour séparer le méthane de l’azote. La qualité du biogaz est analysée par chromatographie au niveau du poste d’injection.

L’ensemble de l’unité de traitement (image) représente une emprise au sol de
250 m2 pour un poids de 50 tonnes. Elle permet de valoriser 90 % de la ressource, soit jusqu’à 25 GWh d’énergie produits à partir des déchets de 100 000 habitants. Waga Energy, qui finance et opère la Wagabox, achète le biogaz au gestionnaire d’un site de décharge et revend le biométhane aux fournisseurs d’énergie.

La technologie développée par Waga Energy a été initiée au sein d’Air Liquide. La start-up, basée à Grenoble (Isère), doit prochainement mettre en service une Wagabox sur un site géré par Suez à Saint-Maximin (Oise). Elle lancera en mai 2017 la construction d’une troisième unité et vise une centaine de Wagabox dans le monde d’ici 2025.

Image : Waga Energy/Laurent Barbotin

Partager