WPD Offshore conteste le résultat de l’appel d’offres

2014-05-20T14:51:11+00:00

WPD Offshore, la compagnie associée à Alstom et EDF lors du deuxième appel d’offres éolien en mer, a annoncé le lancement d’une « procédure de référé sur l’évaluation de la CRE ». La société dit souhaiter comprendre la notation de la Commission de régulation de l’énergie, notamment pour le deuxième parc des îles d’Yeu et de Noirmoutier. L’annonce des résultats, la semaine dernière, qui a vu le triomphe de GDF Suez (le groupe a remporté les deux parcs en lice alors qu’il n’en avait remporté aucun lors du 1er appel d’offres) avait laissé dubitatifs certains observateurs. Interrogés par PGI, la CRE et GDF Suez n’ont pas souhaité faire de commentaire.

Sous-évaluation

WPD Offshore explique ainsi que « sans remettre en cause l’attribution de la totalité de l’appel d’offres, WPD s’interroge sur les conditions d’attribution du lot n°2 des îles d’Yeu et de Noirmoutier. En effet, après étude des éléments rendus publics lors de la phase d’instruction des offres, WPD conteste la fiabilité technique et économique de celle du consortium concurrent ». Et d’affirmer : « WPD et ses partenaires sont les seuls à avoir effectué des forages géotechniques sur le site, étude nécessaire pour déterminer les caractéristiques des sous-sols marins en profondeur, contrairement au consortium concurrent qui n’a réalisé aucun forage. Leur choix de fondation ancrée (contrairement à notre choix de fondation posée) est incompatible avec le site et entraine une sous-évaluation très significative du coût global du projet, ce qui fausse donc la notation de plusieurs critères de l’appel d’offres ». L’objectif du référé précontractuel déposé le 19 mai au Tribunal administratif est de s’assurer, sous l’autorité indépendante du juge, que l’analyse des dossiers a bien été strictement appréciée au vu des critères du cahier des charges fixés par le gouvernement. Dans son mémoire, WPD dit faire « état de fragilités importantes sur l’évaluation de 9 des 16 critères de l’appel d’offres, de nature à modifier la notation et donc la désignation du lauréat ». L’utilisation d’une telle procédure accélérée permettra, quel qu’en soit le résultat de respecter le calendrier du projet éolien en mer des deux îles.

Ce recours contre la CRE n’est pas une première. Des candidats malheureux aux appels d’offres photovoltaïque ont déjà usé de cette méthode. Mais les informations que semble détenir WPD pose néanmoins la question d’éventuelles fuites chez GDF Suez, la CRE ou encore le MEDDE. Car les dossiers des candidats sont strictement confidentiels et seule une fiche d’instruction, sorte de tableau synthétique de l’offre du lauréat, est disponible pour les autres candidats. Comment WPD Offshore a-t-il pu alors voir accès à ces informations ?

Partager